th__008

Premièrement, un thé, Quilan Oolong - mon préféré en ce moment; deuzième,un bout de gâteau aux marrons raté, enfin il n'est pas vraiment raté mais c'est pas la bonne recette: je cherche LA recette DU gâteau aux marrons que je mangeais chez Pandora, le salon de thé où je travaillais quand j'étais étudiante; c'était passage Choiseul, un petit salon de thé très chic, qui n'existe plus évidemment, ça serait trop facile, et Monique, la patronne, faisait chaque jour, entre autres délices, un gâteau aux marrons fameux et réputé... je n'ai que d'excellents souvenirs de ce lieu où j'ai passé des heures insouciantes bien qu'assez stressantes...je finissais les cours, au Studio Berçot, à midi...et je commençais le service, à Pandora...à midi, quelques stations de métro plus loin! autant dire que je courais de l'un à l'autre, puis s'en suivaient trois heures à courir encore - élégamment si possible!, entre la cuisine et les salles feutrées, à servir des thés et des thés, et enfin nous déjeunions, lorsque tout le monde était reparti l'estomac plein...l'équipe était hétéroclite mais on riait bien, et je m'y suis régalée...
Mais je m'égare,je ne voulais pas du tout vous raconter ça!
Je vais continuer de fouiner à la recherche de ma madeleine mon gâteau aux marrons.

Troisièmement, un livre, "La campagne à Paris", une balade-merveille qui, non, ne me fera pas regretter de ne plus être parisienne, mais qui me fait rêver quand même, tellement qu'il y a des parisiens qui ont réussi à s'aménager des petits coins de campagne que j' y croirais pas si je le voyais pas!
Et notamment, il y a dedans les photos de la maison de Camille Müller, un rêve de maison, je veux la même ou je pleure...bon d'accord je vais chercher les kleenex, et pendant ce temps-là regardez:

th__001

th__002

th__003

th__004

C'est exactement ce qui me conviendrait je trouve,( ça manque juste un peu de tissus à mon avis) cet homme-là il est bien sous tous rapports, cet été j'ai lu avec plaisir un de ses bouquins, d'ailleurs, comme en ce moment tout le monde veut me caser, j'accepte à la rigueur qu'on me le présente.

"La campagne à Paris",
Dominique Paulvé et Jean-Luc Bertini, ed. Hoëbeke