Au soleil qui inonde ma chambre le matin, poser le mannequin et un corsage oublié.

de l'objectif, caresser la soie inondée de lumière,
mettre à nu la dentelle abimée,
oser exhiber les déchirures, les lambeaux,
cueillir les plis immaculés.
D'un regard tendre exposer l'humble toile de doublure, toujours cachée,
aimer vraiment les clartés et les ombres froissées
qui jouent dessus.

S'étonner délicieusement.
Se prendre au jeu, saisir les détails avec volupté.



corsage_006

corsage_004

corsage_008

corsage_011

corsage_012

corsage_013

corsage_014

corsage_015

Au bout d'un moment s'arrêter, quand même.